Conseils utiles

Comment gérer la menace?

Pin
Send
Share
Send
Send


1. Calmer la tempête émotionnelle
2. Apprendre à contrôler l’impulsivité et à supporter la détresse
3. Améliorer vos relations interpersonnelles
Astuce 1: calmer la tempête émotionnelle
Arrêtez d'essayer de vous battre, évitez, supprimez ou niez ce que vous ressentez. Donnez-vous la permission de ressentir, cela enlèvera le pouvoir des sentiments sur vous.
Essayez de simplement tester vos sentiments sans jugement ni critique. Libérez le passé et l'avenir, concentrez-vous uniquement sur le présent. Les méthodes de sensibilisation peuvent être très efficaces à cet égard.
• Commencez par observer vos émotions, prenez du recul et observez-les simplement.
• Regardez-les aller et venir (cela peut aider à les penser comme des vagues qui vont et viennent).
• Concentrez-vous sur les sensations physiques accompagnées d’émotions.
• Dites-vous que vous acceptez vos émotions, acceptez ce que vous ressentez maintenant.
• Rappelez-vous que le simple fait de ressentir quelque chose ne signifie pas que c'est la réalité.
Faites quelque chose qui va changer vos sentiments désagréables
Changer votre sentiment est l’un des moyens les plus rapides et les plus faciles de vous calmer rapidement. Vous devrez faire des essais pour trouver ce qui vous convient le mieux. Vous avez également besoin de différentes stratégies pour différentes expressions de l'humeur. Qu'est-ce qui peut aider lorsque vous êtes en colère ou que des sentiments très forts sont mélangés, lorsque vous êtes déprimé, etc.
Quelques idées pour travailler sur vous-même:
Sensations tactiles. Essayez de passer votre main dans de l’eau froide ou chaude (mais pas brûlante), tenez un morceau de glace dans votre main, saisissez le bord du meuble aussi serré que possible. Si vous vous sentez anxieux et que vous avez besoin de vous calmer, essayez de prendre un bain chaud ou une douche chaude, couvrez-vous d'une couverture ou câlin avec votre animal de compagnie.
Le goût Si vous vous sentez vide ou ennuyé à l'intérieur, essayez alors de prendre des bonbons au goût prononcé ou des bonbons à la menthe poivrée dans votre bouche et mangez lentement un plat au goût intense, par exemple du salé. Si vous voulez vous calmer, essayez quelque chose d'apaisant, comme du thé chaud ou une soupe.
Odeur Allumez une bougie, sentez les fleurs, essayez l’aromathérapie, vaporisez votre parfum préféré ou sentez quelque chose qui sent bon dans la cuisine. Vous constaterez peut-être que vous réagissez mieux aux odeurs fortes telles que les agrumes, les épices, etc.
Attraction Concentrez-vous sur l'image qui attire votre attention. Cela peut être quelque chose dans votre environnement immédiat (une vue magnifique, une belle fleur, l'emplacement de l'immeuble, votre photo ou photo préférée) ou quelque chose que vous imaginez dans votre imagination.
Le son Essayez d'écouter de la musique forte, une cloche ou un sifflet lorsque vous avez besoin d'un appui. Pour vous calmer, activez une musique apaisante ou écoutez les sons apaisants de la nature, tels que le vent, les oiseaux ou l'océan. Le son d'une voiture peut aider si vous ne pouvez pas entendre quelque chose de plus réel.
Besoin de réduire la vulnérabilité émotionnelle
Vous êtes plus susceptible d'éprouver des émotions négatives lorsque vous êtes stressé. C'est pourquoi il est très important de prendre soin de votre bien-être physique et mental.
Prends soin de toi:
Évitez les drogues qui changent l'humeur
Mangez équilibré, utilisez un régime nutritif
Bien dormir et se reposer
Effectuer régulièrement des activités d'entraide
Minimiser les situations stressantes
Pratiquer des techniques de relaxation
Astuce 2: apprendre à contrôler l'impulsivité et à faire face aux difficultés
Les méthodes d'apaisement décrites ci-dessus peuvent vous aider à vous détendre lorsque vous commencez à ressentir des émotions fortes à la suite d'un stress. Mais que faites-vous lorsque vous vous sentez submergé par des sentiments complexes? Impulsivité. Dans le feu de l'action, vous utilisez probablement des astuces destructrices telles que coupures, rapports sexuels négligents, conduite dangereuse ou conduite avec facultés affaiblies. Vous pouvez même penser que vous n'avez pas le choix.
Vous devez apprendre à contrôler votre comportement avec des moyens efficaces.
Il est important de reconnaître que tout comportement impulsif sert un objectif spécifique. Son mécanisme vise à lutter contre le stress. Un comportement impulsif vous permet de vous sentir mieux, même pour une courte période. Mais les coûts à long terme sont beaucoup plus importants.
Vous pouvez reprendre le contrôle de votre comportement en apprenant à supporter les catastrophes. C'est la clé pour changer les comportements destructeurs de la DBP. La capacité à supporter la souffrance vous aidera à faire une pause lorsque vous avez un désir de comportement impulsif. Au lieu de réagir à des émotions complexes avec l'auto-torture, vous apprendrez à contrôler votre comportement.
Vous pouvez apprendre à contrôler le comportement et à gérer votre état à l'aide de certaines compétences (méditation, intelligence émotionnelle) (https://www.helpguide.org/emotional-intelligence-toolkit/).
La boîte à outils vous apprend à:
• entrer en contact avec vos émotions
• vivre avec une tension émotionnelle
• gérer des sentiments désagréables ou menaçants
• rester calme et concentré même dans des situations critiques
Les outils vous apprendront comment survivre à une catastrophe, mais ne vous arrêtez pas là. Cela vous permettra de faire l'expérience de toutes les émotions positives, telles que la joie et la paix, qui sont également nécessaires pour éviter les sentiments négatifs.
Exercices d'ancrage pour reprendre le contrôle
Au lieu de vous concentrer sur vos pensées, concentrez-vous sur ce que vous ressentez dans votre corps. L’exercice de mise à la terre suivant est un moyen simple et rapide de vous calmer et de vous reprendre en main.
Trouvez un endroit tranquille et asseyez-vous dans une position confortable.
Concentrez-vous sur ce que vous ressentez dans votre corps. Sentez la surface sur laquelle vous êtes assis. Sentez vos pieds sur le sol. Sentez vos mains sur vos genoux.
Concentrez-vous sur votre respiration, prenez quelques respirations lentes et profondes. Respirez lentement. Une pause au compte de trois. Puis expirez lentement, en faisant une nouvelle pause au compte de trois. Continuez à faire cela pendant plusieurs minutes.
En cas d'urgence, essayez de vous distraire
Si vos tentatives de vous calmer ne fonctionnent pas et que vous commencez à vous sentir submergé par des pulsions destructives, laissez-vous distraire. Tout ce qui attire votre attention peut fonctionner. Outre les stratégies de base mentionnées ci-dessus, vous pouvez essayer certaines choses:
Regarde quelque chose à la télé. Choisissez le contraire de ce que vous ressentez: une comédie si vous vous sentez triste, ou quelque chose de relax si vous êtes en colère ou excité.
Faites quelque chose qui vous plait qui crée de l'emploi. Cela peut être n'importe quoi: jardiner, dessiner, jouer d'un instrument de musique, tricoter, lire un livre, jouer à un jeu d'ordinateur, énigmes.
Jetez-vous au travail. Vous pouvez également vous distraire avec des tâches ménagères et des courses: nettoyer votre maison, travailler dans la cour, aller au magasin d'alimentation, prendre soin de votre animal de compagnie.
Actions actives. L'exercice vigoureux est un moyen sain d'obtenir une poussée d'adrénaline et de se défouler. Si vous vous sentez stressé, vous pouvez essayer des activités plus relaxantes, telles que le yoga ou une promenade dans votre région.
Appelle un ami. Parlez à quelqu'un en qui vous avez confiance. Ce peut être un moyen rapide et très efficace de vous distraire, de vous sentir mieux et d’avoir une perspective.
Astuce 3: Améliorez vos compétences interpersonnelles
Si vous avez un trouble de la personnalité limite (DBP), vous avez tendance à mal comprendre les pensées et les sentiments des autres, à ne pas imaginer et à comprendre comment les autres vous voient et à perdre de vue leur effet sur votre comportement. Lorsqu'il s'agit de relations avec d'autres personnes, vous avez un gros angle mort. Reconnaître la présence de points aveugles dans les relations interpersonnelles est la première étape. Lorsque vous cessez de blâmer les autres, vous pouvez commencer à prendre des mesures pour améliorer vos relations et vos aptitudes sociales.
Vérifiez vos hypothèses
Lorsque vous êtes contrarié par le stress et la négativité, rappelez-vous que les personnes atteintes d'un trouble de la personnalité limite ont souvent tendance à mal interpréter les intentions des autres. Si vous êtes au courant de cette tendance, vous pouvez vérifier vos hypothèses. Rappelez-vous que vous n'êtes pas un télépathe! Au lieu de tirer des conclusions hâtives (généralement négatives), considérez le sens et les motivations alternatifs du comportement des autres. Par exemple, supposez que votre partenaire était au téléphone avec vous, que vous ne vous sentiez pas en sécurité et que vous craigniez de perdre tout intérêt pour vous.
Envisagez des explications alternatives. Peut-être que votre partenaire est en danger au travail. Peut-être qu'il a une journée bien remplie. Peut-être qu'il n'avait pas encore bu son café. Il y a beaucoup de possibilités différentes.
Demandez à la personne de clarifier ses intentions. L'un des moyens les plus simples de clarifier une situation consiste à demander à une autre personne ce qu'elle pense ou ressent. Vérifiez ce qu'il voulait dire par quelque chose ou en faisant quelque chose. Au lieu de demander de manière accusatrice, essayez une approche plus modérée: "Je peux me tromper, mais vous vous sentez comme ça ..." ou "Peut-être que je suis trop sensible, mais je pensais que vous l'étiez."
Mettre fin à la projection
Avez-vous tendance à projeter des sentiments négatifs sur d'autres personnes? Pensez-vous que les commentaires ou les critiques constructives sont une attaque personnelle? Si c'est le cas, vous pourriez avoir des problèmes de projection.
Pour combattre la projection, vous devez apprendre à appliquer les freins, tout comme vous avez freiné votre comportement impulsif. Syntonisez vos émotions et vos sensations physiques dans votre corps. Faites attention aux signes de stress: palpitations cardiaques, tension musculaire, transpiration, nausée, délire, méfiance. Lorsque vous vous sentez ainsi, vous avez probablement attaqué avec une personne que vous regretterez plus tard. Prenez une pause et prenez quelques respirations lentes et profondes. Puis posez-vous les trois questions suivantes:
1. Suis-je contrarié par mes caractéristiques psychiques maintenant?
2. Est-ce que je ressens de la honte ou de la peur?
3. Puis-je m'inquiéter d'être abandonné?
Si la réponse est oui, alors faites une pause dans la conversation. Dites à l'autre personne ce que vous ressentez et voudriez prendre le temps de réfléchir avant de discuter de quoi que ce soit.
Prendre en charge votre vie
Et enfin, il est important de prendre la responsabilité de la vie et de votre relation. Demandez-vous que vous faites quelque chose qui peut contribuer aux problèmes. Comment vos paroles et votre comportement affectent-ils le comportement et les attitudes de vos proches? Percevez-vous l'autre personne ou l'événement comme étant très bon ou très mauvais? Quels efforts avez-vous déployés pour vous mettre à la place des autres? Cela vous aidera à changer la qualité de votre relation.
Diagnostic et traitement
Trouver un psychothérapeute compétent

Il est important de se rappeler que vous ne pouvez pas diagnostiquer vous-même le trouble de la personnalité limite.
Le soutien et les conseils d'un psychothérapeute qualifié peuvent être très bénéfiques pour le traitement et le rétablissement du trouble borderline. La thérapie peut être un lieu sûr où vous commencez à résoudre vos problèmes de relations et de confiance en utilisant de nouvelles méthodes pour surmonter vos difficultés.
Il est important de trouver un médecin avec qui vous vous sentez en sécurité afin de vous sentir accepté et compris.
Vous pensez peut-être que votre thérapeute sera votre sauveur ou vous pourrez être déçu. Rappelez-vous que ces fluctuations de l’idéalisation à la diabolisation sont un symptôme du TPL. Essayez de parler de tout avec votre thérapeute et laissez la relation grandir. Et gardez à l'esprit que le changement est par nature associé à des risques et à des inconvénients. Si vous ne vous sentez jamais inconfortable et souffre en thérapie, aucun progrès n’est probablement fait.
Votre médecin peut envisager de prescrire si:
• Vous avez un diagnostic de DBP, de dépression ou de trouble bipolaire
• vous souffrez de crises de panique ou d’anxiété grave
• Vous avez des hallucinations et de la suspicion
• Avez-vous des idées suicidaires ou risquez-vous de vous blesser ou de blesser autrui?

Matveeva Tatyana Vasilievna

Psychologist Almaty Était en ligne: Il y a 1 jour

Réponses sur le site: 1996 Déroulement des formations: 9 Publications: 4

Dans une telle situation, il est important de montrer que vous pouvez vous défendre. Avertissez-le que s'il continue à menacer, vous contacterez la police. Et arrêtez toute communication avec lui. Ne répondez pas, supprimez les amis de la page.

Il sera utile de travailler avec un psychologue afin de ne pas tomber dans de telles situations à l'avenir.

Matveeva Tatyana Vasilievna, psychologue à Almaty

Anxiété accrue: symptômes et causes

Un message inattendu et pas complètement clair sur le téléphone, après quoi l'abonné devient inaccessible. Une douleur étrange dans le côté, qui ne disparaît pas après un repos de quinze minutes et deux comprimés, vous ne vous souvenez plus quoi. Conversation plutôt décontractée avec un collègue qui se termine par la phrase suivante: «Cela ne vous affectera peut-être pas, mais si cela se produit. "Tout cela peut déclencher un processus puissant de lancers agités, de nuits blanches, lorsque des pensées perturbantes vous empêchent de dormir, des tasses de café supplémentaires et des cigarettes interdites. C'est l'état d'anxiété. Quelque chose menace l'homme et quoi exactement - il ne sait pas lui-même.

Ou un autre exemple - une personne a fait un test de dépistage pour une maladie grave. Et tant que le résultat n’est pas obtenu, elle ne peut penser à rien d’autre - elle s’inquiète, ne s’engage pas, ne commence pas de choses importantes, à proprement parler: «le cerveau ne fonctionne que dans un sens». Le maximum pour lequel il y a assez de force est l'accomplissement des tâches quotidiennes. Dans la maison, par exemple, nettoyez ou préparez le dîner. Je ne veux même pas faire de travaux à l'aiguille, car coudre ou tricoter est une question d'avenir, de joie. Et l'état d'anxiété emporte toutes les pensées de joie. Et ce n'est même pas le résultat d'une sorte de traumatisme psychologique. C'est une attente constante, implacable et épuisante de problèmes.

Stress et anxiété

Anxiété - cette peur est incompréhensible pour quoi. Par exemple, si une personne a peur des chiens, alors en l'absence d'un facteur provocant (c'est-à-dire des chiens), elle est absolument calme et concentrée, c'est-à-dire que son niveau d'anxiété n'augmente pas. Et si le danger n'a pas une certitude claire, une personne est constamment sur ses gardes - elle surveille, surveille, se prépare, pour se défendre. Il est simplement incapable de se détendre. Surtout, une personne a peur de passer à côté des signes d’un désastre imminent et de ne pas avoir le temps de réagir et d’agir à temps. Il semble qu’à l’intérieur de celle-ci se trouve une alarme ultra-sensible, réglée au maximum par défaut.

Les médecins appellent cette condition trouble anxieux, ajoutant parfois le terme "généralisé", c'est-à-dire que tout l'espace mental d'une personne est capturé par l'anxiété - une expérience de catastrophe imminente. La cause de cette pathologie peut être un stress prolongé ou un traumatisme psychologique grave, qui n'a pas été correctement vécu et guéri.

Certains patients atteints de ce trouble disent qu'ils ne peuvent pas dormir normalement, ils ont peur du noir, ils pensent constamment que quelqu'un se tient derrière la porte, etc. Et c'est compréhensible. Le fait est que dans une situation stressante, le corps passe en mode d’hypermobilisation, c’est-à-dire que toutes ses forces sont précipitées pour résoudre des problèmes urgents et graves. Cela aide une personne à survivre et à ne pas se rendre à l'hôpital avec une maladie grave. Mais lorsque le stress disparaît, il n'y a tout simplement personne pour annuler l'ordre de mobilisation. Et la psyché humaine continue à rechercher des dangers inexistants. Et s'il ne trouve pas un objet convenable, il le crée avec un fantôme - en fait, il n'y a personne derrière la porte, mais il semble qu'il y en ait un. Être dans un état d'anxiété, une personne désactive d'autres programmes de la vie - peut perdre intérêt pour la nourriture, les plaisirs, la communication. Toutes les forces intellectuelles et spirituelles vont limiter l’anxiété - vous voulez pleurer et ramper entre les mains de quelqu'un de fort et fiable, ou vous blottir sous les couvertures et attendre la fin de ce cauchemar.

Habitudes utiles pour réduire l'anxiété

Les scientifiques ont mené des recherches scientifiques auxquelles ont participé des mères et leurs bébés de deux ans. Pendant l'expérience, les mères ont pendant quelque temps laissé leurs enfants derrière une porte fermée avec un tuteur. Certains enfants se sont précipités après eux et ont frappé à la porte fermée, d'autres ont pleuré, puis se sont calmés entre les mains de l'enseignant, mais n'ont pas commencé à jouer. Juste assis. Et la troisième n'a montré aucune inquiétude et a continué à faire ce qu'elle avait fait avant le départ de maman. Et les scientifiques se sont déjà réunis pour déclarer que ces derniers s’adaptent rapidement et bien dans un environnement inhabituel. Mais quand les enfants ont pris une analyse de sang et ont mesuré le niveau de rythme cardiaque, il s'est avéré que ces enfants sont sur le point de s'évanouir. Et le pouls et le niveau de cortisol - l'hormone du stress - ont tout à fait baissé. В то время как самыми адаптивными оказались те малыши, которые громко протестовали и рвались к маме. На примере этого эксперимента можно сказать, что

крайне важно озвучивать свои чувства: «Я в ярости!» или «Я очень боюсь!» Особенно это актуально, когда приходится переживать тяжелое горе, например, потерю близкого человека. Si vous pouvez pleurer dans un gilet exposé amical, il est recommandé de l'utiliser. S'il n'y a pas de gilet, il est logique de consulter un psychologue de crise,

Il est nécessaire de développer de bonnes habitudes - manger, boire, dormir à l’heure. Il est impossible de réduire l’anxiété et de s’endormir - consultez un neurologue qui, le cas échéant, prendra des somnifères,

normaliser la respiration. Le fait est que l’anxiété est ressentie comme une «excitation moins d’oxygène». Une personne arrête de respirer normalement lorsqu'elle a peur. Par conséquent, dans une situation stressante, vous devriez reprendre votre souffle, ajuster la nutrition du cerveau afin qu'il soit capable de penser et de prendre les bonnes décisions. À propos, les médicaments nootropes dans ce cas ne vont pas aider. Au contraire, ils peuvent augmenter l'anxiété et provoquer l'agressivité. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de s’empresser d’utiliser des recommandations telles que: "Bois ceci, tourne la tête." Les herbes apaisantes aident dans une certaine mesure, mais il est préférable de consulter un médecin.

Si plus de trois mois se sont écoulés depuis le moment de stress psychologique et que l'état d'anxiété n'est toujours pas passé, il est recommandé de faire appel à un psychothérapeute. Ils disent qu'avec la difficulté, vous devez dormir la nuit et le matin, le corps sera à nouveau inclus dans le travail à part entière. Ce n'est pas tout à fait vrai. Pour retrouver sa vitalité, cela prend du temps. Et plus tôt vous commencerez un traitement, plus vite sera votre vie. Prends soin de toi.

Pin
Send
Share
Send
Send